LE RANDONNEUR GLAZIK

LE RANDONNEUR GLAZIK

CHÂTEAULIN - JOSSELIN : ETAPE 3 : CHÂTEAUNEUF DU FAOU - SPEZET

CHÂTEAUNEUF DU FAOU / SPEZET

Lundi 18 juin

Troisième étape

27.98 km (74.17 km)

 

C’est plutôt agacé que je me lève ce lundi matin, non pas que j’ai passé une mauvaise nuit, au contraire, mais parce que le ciel reste désespérément gris, chargé de nuages qui n’annoncent rien de bon, du genre à s’accrocher comme un bernique (Patella vulgata Linnaeus) sur son rocher ! Un régime auquel seule la Bretagne semble soumise… Nous ne pouvons pas toujours avoir la chance que nous avons eue pour Concarneau / Carantec : 7 jours de soleil sur 7.

C’est donc dans la grisaille que nous filons en direction de Spézet. Une des choses qui me font regretter l’absence de soleil, outre que cela effrite ma motivation à me mouvoir, c’est qu’on aura beau vanter les nuances de gris du ciel breton, la région est tout de même bien plus belle sous le soleil ; du coup j’ai tendance à dégainer l’APN moins souvent.

Comme les autres jours nous ne croiserons pas grand monde sur le halage, quelques très rares locaux faisant quelques pas aux abords des villes et villages et une poignée de cyclotouristes, pas un seul marcheur par contre, il est vrai que les vacances d’été ne sont pas encore commencées et que certains jours il pourra se passer des heures sans que nous ne voyions âme qui vive.

Les hébergements au bord du canal ne sont pas légion, et il nous faut sur certaines étapes le quitter pour rejoindre notre bivouac. C’est le cas à Spézet où nous devons grimper sur 1.3 km une départementale pour rejoindre un sentier pas du tout entretenu (une semaine plus tard il aurait fallu par endroits une machette pour passer à travers fougères et ronces !) et bien pentu qui en 2 km nous amène dans le village où vu le nombre de bars on ne risque pas de mourir de soif ! Ça tombe bien, c’est l’heure du grand café !

Nous descendons ensuite dans le seul hôtel du village, « Les Bruyères », la façade ne paye pas de mine et le bar aurait besoin d’un sérieux rafraîchissement, la chambre date un peu (les serviettes encore plus !) mais reste fonctionnelle et propre, la literie confortable et puis pour le prix, il n’y a pas beaucoup de raison de se plaindre. La surprise viendra du restaurant, une très belle salle et une cuisine traditionnelle vraiment très bonne, de quoi même se remplir la panse au-delà du raisonnable… et j’avoue que ce soir-là, raisonnable je ne le fus pas !

Alors que nous mangeons quelques rayons de soleil percent le blindage gris qui recouvre la Bretagne, nous rappelant que Météo France s’est encore loupé dans ses prévisions de la journée… de quoi espérer pour le lendemain.

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/030.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/031.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/032.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/033.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/034.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/035.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/036.JPG

L'ardoisière du Rick était la plus importante des quatorze carrières de Saint-Goazec,

exploitée dès 1486 et fermée officiellement en 1949.

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/037.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/038.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/039.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/040.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/041.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/042.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/043.JPG

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/044.JPG



11/07/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres