LE RANDONNEUR GLAZIK

LE RANDONNEUR GLAZIK

UN TEMPS DE CHIEN !


La pointe de Trévignon.

 

Météo France n'annonce rien de bon pour ce dimanche 20 avril, après une semaine de plein soleil (semaine où je travaillais) la pluie se rappelle à notre bon souvenir (au moment où je suis en vacances). Nous ne sommes que quatre à passer outre ces considérations météorologiques et nous élancer sur la sortie à la journée. De la pluie nous n'en aurons pas, ou très peu, pas plus que de la chaleur d'ailleurs, le thermomètre refusera obstinément de s'élever. C'est donc sous un ciel gris qu'Yvonne, Patricia, Jean-Yves et moi prenons la direction de la pointe de Trévignon, le vent nous file un bon coup de main... évidemment il nous le fera payer à un moment ou un autre.

 


Les CRQC en action.

 

Pleuven, Fouesnant, La Forêt-Fouesnant, une bruine légère nous accompagne, mais si légère qu'elle ne parvient même pas à mouiller la route. Concarneau, Trévignon, une courte pause puis nous longeons la côte, un spectacle dont on ne se lasse pas. Direction nord ensuite, vers Nevez, là le vent nous avertit : cet après-midi vous ferez moins les malins ! Puis le bougre à nouveau dans le dos, nous filons vers Pont-Aven, Riec-Sur-Belon, Moélan-Sur-Mer et enfin Clohars-Carnoët où nous commençons à prendre nos habitudes au Bar-PMU.

 


Les mêmes… au café !

 

Ce parcours que j’ai modifié pour le faire passer par Trévignon et la forêt de Carnoët avec la pause à Clohars-Carnoët, avait jusqu’en 2012 son pique-nique à Quéven. Certaines de nos adhérentes ont vécu comme un traumatisme de ne plus pouvoir contempler les magnifiques blouses sur le marché de Quéven, mais comme je suis sans pitié j’ai maintenu mes choix. Voici cependant pour atténuer certaines douleurs une photo tirée de mes archives (8 avril 2012).

 

Une fois restaurés, nous filons vers la forêt de Carnoët en direction de Quimperlé. A partir de là les choses se compliquent, nous devons affronter le vent de face jusqu'à Quimper. Pas de quoi paniquer non plus, on gère tranquille jusqu'à Rosporden ou une pause s'impose devant au choix un café ou un chocolat chaud. Pour le final, plutôt que de rentrer par la route départementale, nous empruntons une voie parallèle bien plus paisible et plus agréable qui nous ramène sans souci jusqu'à nos pénates.

 


Des vaches d’importation !

 

Le vent aura bien tenté de transformer notre fin de parcours en calvaire, mais il en fallait plus pour nous décourager.

 

Au final je me retrouve avec 139 kilomètres en plus dans mon escarcelle. Une journée de vélo sympa, avec des gens sympas, dommage que le temps n'ait pas été à la hauteur de ce dimanche. L'absence de soleil, le vent mais aussi le froid qui aura été présent toute la journée n'auront cependant pas gâché le plaisir de rouler ensemble.

 


Le temps maussade ne pourra quand même pas nous faire oublier que c’est le printemps !



21/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres