LE RANDONNEUR GLAZIK

LE RANDONNEUR GLAZIK

UN MOIS DE VÉLO : DÉCEMBRE 2015

LE CYCLO GLAZIK ET L’INVASION DES CHATS NOIRS !

 

ACTE I

 

La Nyctalope : 32 participants, un abandon... moi ! Je me faisais une joie de cette randonnée nocturne, remonté à bloc, motivé comme jamais pour finir 2015 en beauté. J’avais veillé arriver en forme au samedi 12 décembre et en plus la nuit s’annonçait belle… Hélas, une blessure que je pensais bénigne n’ayant aucun rapport avec le vélo et remontant au jeudi précédent s'est transformée en blessure fatale. Après 93 kilomètres j'ai dû me résigner à descendre de vélo et monter dans la voiture-balai (c'était plutôt l'envie de me jeter sous ses roues qui m'inspirait à ce moment-là). 93 kilomètres avec une douleur qui finira par devenir insupportable, la jambe gauche ne répond plus, impossible d'appuyer sur la pédale, je tente bien de poursuivre en ne me servant que de la droite, mais cela ne me mène nulle part (après 93 km on en est déjà à 1284m de dénivelé positif).

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/901.-Nyctalope-oct-2015---affiche.jpg

Je n’abandonne pas en me disant que c’est plus sage, la douleur n’a jamais tué personne, mais tout simplement parce que je ne peux plus me servir de ma jambe gauche, j’ai poussé la bête dans ses derniers retranchements. Je n'arrive même plus à poser le pied par terre sans risquer de me casser la figure quand je descends de vélo ; je dois même m’appuyer sur l’épaule du chauffeur pour ne pas tomber ! Le moral en prend un coup, la déception et la colère après une année 2015 plutôt exceptionnelle... Et tout ça est encore plus rageant car je suivais sans difficulté et n’avais aucun souci pour rouler de nuit, aidé par de bonnes lunettes et un éclairage satisfaisant.

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/902.-Saint-Goazec.JPGLa première pause à Saint-Goazec

 

 

Le dimanche matin en rentrant chez moi après une telle déception je n'aimais plus le vélo, mais alors plus du tout... J'ai tout balancé dans un coin : le vélo, le sac, les fringues... Une immense déception après une année sans nuage. Être dans une voiture et voir les autres rouler toute la nuit c'est extrêmement démoralisant, à chaque pause monter dans la voiture et voir les autres partir alors qu'on voudrait être avec eux sur le vélo, c'est tuant, usant pour le moral… Et que dire de la photo de groupe finale sur laquelle je ne voulais même pas figurer, et sur laquelle je n’apparais que sur l’insistance des autres cyclos…

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/903.-Nyctalope.jpg

 

 

ACTE II

 

Et si je croyais en avoir terminé avec les désillusions, je me trompais. Lundi 21, après une semaine où ma jambe s’est bien reposée, malgré les conseils du médecin, je décide d’aller rouler ; toujours en point de mire les 11 000 km, il ne manque que 139 km. Je me dis qu’en mode balade sur la moulinette cela devrait passer. Et après 9 km ça semble bien passer, et même plutôt bien dès le moment où je ne force pas sur ma jambe. Tout va pour le mieux… jusqu’à ce qu’une saloperie de chien m’attaque, tente de me mordre la jambe et me jette au sol. Je me relève, cette sale bête se met à m’aboyer dessus, je lui colle un coup de pied dans les côtes, il s’enfuit, visiblement j’ai tapé un endroit qui fait très mal, j’espère lui avoir cassé quelque chose, histoire d’être quitte avec lui.

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/904.-dimanche-6-d--cembre-2015.JPG

Beg-Meil lors de la seule marche du mois (dimanche 06 décembre).

 

Je repars mais je n'arrive quasiment pas à me servir de ma main gauche, j’ai surtout beaucoup de mal à freiner. La cuisse gauche est touchée aussi, je préfère faire demi-tour (au final seulement 18km). Bilan : entorse et hématome au poignet gauche et une belle et grosse pizza avec un autre hématome sur la cuisse gauche. Côté matériel : guidoline à refaire et surtout casque foutu, un peu de couture sur une sur-chaussure également ! Cette chute m’a tellement perturbé que c’est seulement le lendemain en me réveillant que je me souviens que ma tête a violemment tapé sur le bitume, résultat : casque cabossé et brisé en deux endroits !… Et après ça il y a encore des gens pour rouler sans casque et juger la chose inutile !

Avec cette nouvelle chute, l’objectif 11 000 s’éloigne encore un peu plus. Je n’ai fait que 18 km ce lundi et il m’en manque encore 121…

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/905.-dimanche-6-d--cembre-2015.JPG

(dimanche 06 décembre).

 

 

ACTE III

 

J’ai laissé reposer pépère pendant 5 jours, (direction Mauléon pour fêter Noël), dimanche 27 décembre,de retour au bercail, je décide de tenter une sortie, je n’arrive pas à m’enlever les 11 000 de la tête. Hors de question de rouler avec le club, je dois anticiper pour freiner, dans un groupe je serais un vrai danger. De plus je suis en raison de cette poisse hors de forme pour rouler avec mon groupe habituel et pas suffisamment détruit pour rouler avec le groupe du niveau au-dessous (la moyenne - 23.18 - de ma sortie du jour me le prouvera et puis leur parcours est trop court pour moi). Je me lance sur un tracé de 80km pas trop difficile (D+ 643m.), la jambe gauche semble aller, la première blessure (celle qui m'a fait abandonner la Nyctalope) est presque oubliée, juste une légère gêne, la seconde est plus handicapante, surtout en danseuse et en relance. Le poignet par contre c’est 80km de douleur, plusieurs fois j'ai eu envie de faire demi-tour, mais après va te regarder dans une glace, tu n'y vois qu'une tafiole !

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/906.-Casque.jpg

Mon nouveau couvre-chef, un casque Kask Mojito (222 grammes)

 

On ne profite guère de ce genre de sortie, concentré sur la douleur et sur la conduite du vélo, il faut redoubler de prudence et garder une vigilance de tous les instants pour ne pas avoir à effectuer un freinage d’urgence. Certains diront qu’il ne faut pas avoir la lumière à tous les étages pour se conduire ainsi, mais ceux-là ne sont sans doute jamais monté sur un vélo, ou alors juste pour aller acheter le pain et le journal !

Dimanche 27 décembre, une fois avalé ces 80 kilomètres, il n’en manque plus que 41 pour atteindre les 11 000 et il ne me reste que le lundi qui suit pour y parvenir.

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/907.-dimanche-27-d--cembre-2015.JPG

La pointe de Mousterlin (dimanche 27 décembre).

 

 

ACTE IV

 

La sortie du dimanche ne m’encourage guère à poursuivre mon objectif le lendemain, mais si je ne le fais pas je sais que je m’en voudrai très longtemps, le genre de truc qui m’aurait poursuivi jusqu’à la fin. Je me décide donc d’assurer juste ce qu’il faut. 44 kilomètres en ne me servant pratiquement pas de ma main gauche. Pour l’anecdote je suis à 23 de moyenne sur un parcours où je volais à 28 / 29 de moyenne cet été ; mais bien sûr l’important n’est pas là.

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/908.-Le-selfie-des-11000.JPG

Le selfie des 11 000 ! (lundi 28 décembre).

 

Certes j'aurais préféré atteindre ces 11 000 autrement, par exemple avec mes compagnons de route habituels Sabine et Jean-Pierre, avec qui j’aurai fait de bien belles sorties cette année, mais le poignet est vraiment trop douloureux et dans un groupe le risque d’envoyer tout le monde au tapis est trop grand. D’ailleurs j’ai bien failli retourner manger du bitume lorsqu’à un croisement une voiture m’a coupé la route ; le type m’avait vu, j’en suis certain, mais sans doute n’en avait-il rien à foutre d’un cycliste ! Je ne reste debout qu’en réalisant un joli numéro d’équilibriste et parviens à m’arrêter sans tomber, bien ralenti par les herbes hautes du bas-côté... Je me dis que les chats noirs ont peut-être fait leur valise ! Un moment l’idée d’en faire plus qu’une petite sortie mesquine de seulement 44km me traverse l’esprit, mais mon poignet demande grâce et je rentre sagement chez moi.

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/909.-dimanche-27-d--cembre-2015.JPG

(dimanche 27 décembre).

 

 

EPILOGUE

 

11 003 kilomètres, sans les problèmes évoqués plus haut, mon compteur annuel aurait sans doute marqué pas loin de 11 500, mais je ne vais pas en faire un plat, trop heureux d’avoir atteint les 11 000. Seulement 316 km pour décembre, une misère, et côté marche cela n’est guère plus brillant, une seule sortie le 6 décembre (10km5).

Tout de même, si décembre est catastrophique, le bilan 2015 est plus que satisfaisant. Côté objectifs fixés en début d’année c’est carton plein : le séjour CODEP29FFCT, Quimper / La Baule / Quimper, Océan / Manche / Océan, Quimper / Mauléon. Chacun de ces objectifs aura eu droit à son article. Enfin j’étais très en avance pour les 10 000 puisqu’ils étaient atteints dès le dimanche 25 octobre, les 11 000 n’étaient que la cerise sur le gâteau. Alors même si la conclusion n’est pas à la hauteur d’un si beau parcours, je ne peux garder qu’une impression nettement positive de 2015… et plein de beaux et bons souvenirs dans ma mémoire cyclotouriste (et cyclotourisport !). Une année d’autant plus réussie que le président de club que je suis est parvenu à mener le navire Cyclos Randonneurs Quimper Cornouaille sans taper dans les récifs ou les écueils qui auront parsemé ma route ; espérons que cela dure !

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/910.-statistique.jpg

 

Pour 2016 mes objectifs sont beaucoup moins nombreux : je compte m’attaquer, en duo avec Sabine, à un Dodécaudax dès que j’aurai retrouvé toutes mes facultés (!), mon autre grand défi pour 2016 sera le Quimper / Mauléon à pied avec Stéphanie, l’heureuse élue qui a la chance de partager ma vie ! Mais de vélo il en sera bien sûr toujours et beaucoup question en 2016, même sans une foultitude d’objectifs (il y en aura sans doute un ou deux avec le club tout de même)… le temps de prendre un peu de repos et de me rétablir complètement…



01/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres