LE RANDONNEUR GLAZIK

LE RANDONNEUR GLAZIK

BROCÉLIANDE

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/Broc--liande.jpg

 

 https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/A-01.JPG

 

La forêt de Paimpont est située dans le département d’Ille-et-Vilaine au sud-ouest de Rennes, les légendes en ont fait Brocéliande et l’ont lié à jamais au roi Arthur et aux chevaliers de la Table Ronde. Ces légendes et quelques Bretons à la recherche de leurs racines celtiques iront jusqu’à faire croire à l’existence d’une immense forêt couvrant tout le centre Bretagne (Brocéliande et Huelgoat faisant partie d’une même sylve). De Brecelien, Brekilien, Bréchéliant et tant d’autres pour arriver à Brocéliande dans une Bretagne réinventée au 19e siècle par des intellectuels soit plus préoccupés de contrebalancer la propagande française en distillant leurs propres mensonges et tant pis pour la rigueur historique soit dans un idéal romantique qui n’a que faire de cette rigueur. Au 20e siècle la science allait rétablir la vérité en cassant le mythe de cette forêt centrale, mais le légendaire arthurien à Paimpont / Brocéliande avait définitivement pris racine. Le comique de la chose étant qu’aujourd’hui l’on parle de légendes et traditions populaires alors que presque tout ceci est né de l’imagination d’érudits et de gens de lettres.

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/A-02.JPG

 

Comment ne pas citer par exemple le marquis de Bellevüe, qui n’a pourtant pas écrit que des sottises, même si certains de ses textes sur la geste arthurienne sont à mourir de rire : « Nous allons pénétrer dans l’immense forêt, qui, durant de longs siècles couvrit la majeure partie de la péninsule armoricaine… ».Ainsi commençait son ouvrage « Paimpont » paru en 1912 chez Honoré Champion qui regorge de perles de ce genre.

Citons aussi Charles Le Goffic (dans « Brocéliande », Renaissance du Livre, 1932) : « Il n’a pas connu [Victor Hugo] les bois du Cranou, de Névet, de Huelgoat, du Beffou, de Quintin, de Quénécan, de Lanouée, de Camors, de Loudéac, de la Hardouinaye, de Monfort, toutes indéniables réalités sylvestres, débris probables de la forêt primitive qui s’étendait de l’est à l’ouest de la péninsule, et qu’en des temps historiques déjà on appelait Dona – La Profonde. »

Ceux-là, avec, entre autres, Arthur de la Borderie ou Hersart de la Villemarqué, ne font que poursuivre une longue tradition, ainsi le bénédictin Dom Lobineau (1666-1727) nous rapporte des récits du 11e siècle (la vie de Saint-Méen et celle de Saint-Leri) où il est déjà question de cette vaste sylve.

Les racines dont je parlais plus haut trouvent leur origine au 12e siècle. Dans le Roman de Rou (vers 1160), de Wace, écrivain normand, il est question d’une forêt de Bréchéliant et de ses enchantements. Il situe cette forêt en petite Bretagne. Dans ce texte n’apparaît ni le roi Arthur, ni Merlin, pas plus que les chevaliers de la Table Ronde. C’est dans l’ouvrage de Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion ou Le Roman d'Yvain (vers 1176) que pour la première fois la forêt de Brocéliande est associée au cycle arthurien. Toutefois Chrétien de Troyes ne donne pas de localisation de « Brocheliande ».


https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/A-03.JPG

 

C'est dans un texte daté du 22 janvier 1405 « Consentement donné par le duc au contrat de mariage entre Jean de Montfort et Anne de Laval », qu'apparaît avec certitude la forêt, il y est question des « Forestz de Brecelien ». Nous trouvons ensuite « Brecelian » en 1419 et à nouveau « Brecelien » en 1467. A partir de la naissance de la commune de Paimpont en 1791, la « forêt de Brécilien » cède peu à peu sa place à la « forêt de Paimpont ». Comme je le disais plus haut, au 19e siècle, des intellectuels bretons à la recherche de leurs racines celtes relanceront le mythe de la forêt centrale et de Brécilien à Paimpont nous nous retrouverons à Brocéliande.

Le TopoGuides® « Brocéliande… à pied » (Réf. P353) nous dit en quatrième de couverture : « La forêt de Paimpont se métamorphose en Brocéliande, pour peu qu’on y vienne avec l’état d’esprit d’un pèlerin ; car Brocéliande n’existe pas, sans un aveuglant éveil spirituel, une mise en état d’âme. ». C’est bien là en effet que se situe le basculement, déambuler en ces lieux sans en connaître tout ce qui s’y rattache ne peut que laisser le promeneur sur sa faim. Cette forêt renferme certes de très beaux paysages, et certains sites sont magnifiques, ainsi le Val sans Retour, mais comment ne pas être déçu par la fontaine de jouvence ou le tombeau de Merlin si notre connaissance se limite à de simples noms sur des panneaux indicateurs ?

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/A-04.JPG

 

Pour moi il est évident que visiter la forêt de Brocéliande ne peut se faire qu’en ayant lu auparavant les nombreux romans ayant trait au cycle arthurien de Geoffroy de Monmouth à Chrétien de Troyes, de Robert de Boron à Wolfram Von Eschenbach, jusqu’à Thomas Malory et quelques anonymes (j’avoue ne guère apprécier les œuvres contemporaines). Déambuler dans Brocéliande en ayant baigné dans ces récits nous fait basculer dans la féerie, nous sommes hors du temps, jamais le sentiment d’évasion n’est aussi grand, nous avons glissé en des lieux mythiques (mot tristement galvaudé par l’ignorance crasse des médias de toutes sortes), un immense sentiment de plénitude nous gagne et notre âme en est apaisée. Nous avons certes conscience du monde qui nous entoure mais une voix (peut-être celle de Merlin) nous laisse entendre qu’en ces lieux tout peut arriver, tout mais rien que le meilleur… C’est du moins ce que je ressentais jusqu’à ma toute récente et dernière visite, depuis les marchands du temple ont envahi la place et Merlin n’est plus là pour les chasser. Heureusement, il nous reste les sentiers de randonnées !

Bien sûr la connaissance de l’univers de la Table Ronde pour appréhender Brocéliande n’empêche pas de se pencher sur l’histoire de Paimpont ; même si l’histoire n’est pas toujours aussi passionnante que la légende elle n’en demeure pas moins capitale pour comprendre un pays, une région, une cité. C’est armé de tout ceci que nous nous apprêtions à franchir la porte en dedans…

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/762036/A-05.JPG



20/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres